Logo PBD VD
Session de printemps
du 4 au 22 mars 2019
Le changement climatique,
les exportations d'armes et
les consultations concernant
l’accord-cadre institutionnel avec l'UE.

Session de printemps 2019

Session de printemps 2019

Bref résumé

Le PBD pendant la session de printemps

Ces dernières semaines, les manifestations et grèves en lien avec le changement climatique ont fait la une. Il en a aussi beaucoup été question pendant la session de printemps. L’engagement de ces milliers de jeunes est remarquable et mérite le respect. Il mérite aussi et surtout des solutions politiques. Le PBD, qui défend depuis longtemps l’idée d’un tournant énergétique, a une fois de plus présenté des solutions bourgeoises. Après avoir affirmé son soutien à l’initiative pour les glaciers, le PBD a souligné le potentiel inexploité du domaine immobilier et la nécessité de procéder à des placements durables sur les marchés financiers.

Communiqué de presse

Néanmoins, le PBD s’est aussi prononcé en faveur du développement du trafic d’agglomération et du réseau de routes nationales, car une mobilité intelligente passe impérativement par une infrastructure fonctionnelle. La mobilité répond à un besoin d’ordre social et économique. Il est inopportun de vouloir simplement rééduquer les gens.

Manque de courage

La loi sur les marchés publics aurait offert diverses possibilités de renforcer la compétitivité des entreprises suisses. Si cela a partiellement réussi, beaucoup d’opportunités ont malheureusement été manquées. Le PBD fut l’un des rares à avoir eu le courage de continuer à défendre les intérêts de nos PME.

Le Conseil des États, en décidant de rejeter définitivement la motion du PBD « Élargir la base démocratique des exportations d’armes », a quant à lui peut-être manqué de courage. Pour soutenir l’industrie de l’armement à long terme, il convient de veiller à ce que les conditions-cadre soient crédibles pour regagner ainsi la confiance du public. Le Conseil des États, sur ce point, a donc raté une belle opportunité.

Accord-cadre institutionnel avec l’UE

Pendant la session de printemps, le Conseil fédéral a invité les partis à diverses consultations concernant l’accord-cadre institutionnel avec l’UE. Alors que tous les partis ont réitéré leur position, déjà connue, le Conseil fédéral a malheureusement prouvé une fois de plus à quel point il est difficile d’assumer une position claire de leader en la matière. Le PBD a quant à lui constaté qu’un accord-cadre est nécessaire et judicieux, car il est indispensable de mettre le holà à l’érosion de la voie bilatérale. Nous avons donc demandé au Conseil fédéral de fournir les explications et précisions requises pour instaurer un climat de confiance. Pour y parvenir, il faut également établir le dialogue avec le peuple suisse, qui est l’une des conditions obligatoires du bon fonctionnement de notre démocratie directe.