Logo PBD VD
Grève des femmes
du 14 juin 2019
L’ordre divin a besoin
de davantage de justice

Grève des femmes du 14 juin

Grève des femmes du 14 juin

Bref résumé

L’ordre divin a besoin de davantage de justice

Au lieu de faire la grève le 14 juin, nous préférons attirer l’attention sur les injustices liées au genre, hélas encore courantes dans le monde du travail. L’ordre divin doit voler en éclats et a besoin de davantage de justice.

Davantage de justice entre les sexes est favorable à l’économie. L’égalité des sexes s’avère donc une nécessité économique. Les exemples sont nombreux. Ainsi, un retour au travail facilité pour les femmes a une incidence positive sur le manque de personnel qualifié. Un congé parental, davantage de places de crèche abordables et d’écoles à horaire continu ou davantage de modèles de temps partiel pour les hommes sont autant de mesures susceptibles d’améliorer nettement les conditions auxquelles sont confrontés les parents qui exercent une activité lucrative. Le manque de telles mesures a des conséquences évidentes. Ainsi, les femmes sont encore clairement sous-représentées aux postes de direction, et c’est également le cas en ce qui concerne les mandats politiques. Et une femme qui occupe un poste de cadre doit s’attendre à une discrimination salariale. Outre les conditions défavorables pour concilier vie de famille et vie professionnelle, les femmes occupant des postes de cadre sont payées jusqu’à 24% de moins que les hommes.

Nous proposons des solutions pour mettre un terme à ces injustices. Pour renforcer la position des femmes sur le marché du travail, le PBD demande par voie de motion que le Conseil fédéral prenne des dispositions garantissant l’intégration institutionnelle des organisations de défense des femmes dans les partenariats sociaux. Par ailleurs, le Parlement et le Conseil fédéral ont approuvé la motion PBD visant à modifier la législation en vue de promouvoir la main-d’œuvre nationale. D’autres solutions consisteraient, sans une lourde bureaucratie, à développer les places en crèche et à introduire l’horaire continu et les heures en bloc à l’école.

Renforcer la place des femmes sur le marché du travail aurait de nombreuses conséquences positives : une meilleure performance d’équipe, une pénurie moins forte de personnel qualifié et une pression migratoire plus faible. Pour y parvenir, les entreprises devraient afficher de manière tangible leur volonté de tirer parti du potentiel des employées et de les rémunérer de la même manière que les hommes.