Logo PBD VD
«
Pour SORTIR de la politique
des tranchées droite-gauche
VOTEZ compact la Liste 22»
Pas sexy mais bon
Votez Le juste milieu
Votez liste 22 !

#EF2019

Politique climatique

Bref résumé

Des solutions plutôt que des idéologies en matière

Dès 2011, le PBD fut le premier parti bourgeois à demander une sortie structurée du nucléaire. Depuis, il a contribué à aborder de manière correcte le tournant énergétique. Le PBD a alors toujours souligné l’importance des enjeux écologiques tout en insistant sur les opportunités économiques. Car le prosélytisme idéologique ne permet pas de définir des solutions susceptibles de remporter l’adhésion de la majorité.

Offensive pour des bâtiments énergétiquement efficaces

Indiscutablement, les bâtiments présentent en Suisse le plus grand potentiel d’économie d’énergie. Or, ce potentiel est encore largement inexploité. Les mesures d’optimisation de l’utilisation des bâtiments (température des locaux, aération, consommation énergétique, choix des appareils, maintenance, etc.) sont à elles seules nombreuses. La domotique (par ex. pour l’éclairage, le chauffage, etc.) ou la propre production innovante d’énergies renouvelables ou de chaleur représentent elles aussi des possibilités impressionnantes d’économie, par exemple l’isolation thermique ou des fenêtres plus performantes sur le plan énergétique. Les progrès sont beaucoup trop lents. Bien des aspects sont trop compliqués, trop bureaucratiques. Et le financement reste pour de nombreux acteurs un défi de taille. Des approches innovantes, par exemple le « contrat de performance énergétique », doivent être soutenues de manière plus franche et être systématiquement libérées de tout frein. Parallèlement, l’État peut et doit faire bien davantage en sa qualité de modèle. Le PBD demande donc au Conseil fédéral de promouvoir plus efficacement le modèle de « contrat de performance énergétique ». Pour y parvenir, la Confédération doit stimuler le marché en lançant des projets-pilotes adaptés et assumer plus rigoureusement son rôle de modèle. Parallèlement, les cantons et communes doivent être soutenus dans la mise en œuvre et la promotion du contrat de performance énergétique. Il s’agit par exemple d’émettre des recommandations claires en ce qui concerne la comptabilité ou l’établissement du bilan.

Des investissements axés sur l’avenir

 L’Accord de Paris sur le climat souligne l’importance capitale des investissements et des flux financiers pour réaliser les objectifs en matière climatique. Une place financière durable offre à cet égard autant des opportunités écologiques qu’économiques. L’Union européenne par exemple met les bouchées doubles pour définir des conditions-cadre correspondantes. Le gouvernement allemand a quant à lui officiellement communiqué son intention de jouer un rôle de leader dans la « finance durable ». La Suisse ferait bien de se positionner stratégiquement sur ce sujet. En effet, il est de plus en plus important d’intégrer les risques climatiques dans le devoir de diligence fiduciaire des institutions de prévoyance et investisseurs institutionnels. Le PBD s’engage à ce sujet pour la création des conditions-cadre correspondantes ainsi que pour la nécessaire révision des lois et directives, qui permettent et favorisent des investissements axés sur l’avenir. Il s’engage tout autant pour un éventuel démantèlement des réglementations qui freineraient une telle démarche.

Le PBD soutient l’initiative pour les glaciers

L’initiative pour les glaciers vise en principe à ce qu’aucun carburant ni combustible fossile ne soit mis en circulation d’ici 2050. Suite à la dilution inacceptable de la loi sur le CO2, le PBD avait prévu de lancer sa propre initiative populaire qui aurait visé une mobilité innovante sans nouvelles admissions de moteurs à combustion à partir de 2030. À cet égard, l’initiative pour les glaciers revêt un caractère plus général et a une plus grande portée, tout en offrant davantage de temps. Le PBD, qui n’a encore jamais lancé d’initiative pour des motifs purement électoraux mais s’est toujours efforcé d’appliquer une politique orientée solutions, a décidé de renoncer à lancer sa propre initiative. En lieu et place, il a l’intention de se joindre aux forces en présence et de soutenir massivement l’initiative pour les glaciers.

Initiative pour les glaciers